Sophrologie et méthode Montessori

SIKIRDJI Isabelle, formée au CEAS Paris, nous fait le cadeau de cet article, fruit de sa pratique de sophrologue au sein d’une école Montessori. Elle nous explique ce qu’est cette méthode et
surtout en quoi la sophrologie est un apport fabuleux pour cheminer avec les enfants tout au long de leur scolarité…

« N'élevons pas nos enfants pour le monde d'aujourd'hui. Ce monde aura changé lorsqu'ils seront grands » Maria Montessori.

Je me prends parfois à rêver d'une rencontre entre le Dr Alfonso Caycedo et le Dr Maria Montessori… Quelle aurait été la conversation de ces deux médecins humanistes visionnaires qui comprirent, avant l'heure des neurosciences, qu'on ne peut parler d'esprit en ignorant le corps, de ces deux médecins pédagogues qui ont largement contribué à mettre en évidence les liens entre équilibre corporel et fluidité de la pensée, connaissance de soi et stabilité émotionnelle, sentiment de sécurité intérieure et capacité de prendre sa place dans le monde qui nous entoure…

Ma formation en sophrologie achevée, je ne pensais pas pratiquer un jour en milieu scolaire… Infirmière de métier, c'est essentiellement dans le secteur médical (cancérologie, obstétrique) et sur le secteur social que j'ai commencé à développer ma pratique professionnelle, au service de différents projets de soin ou de réinsertion sociale. Magnifique méthode d'éducation à la santé, la sophrologie me permettait d'allier mes deux métiers dans une démarche de prévention dynamique, efficace et durable.

Quand il m'a été demandé, de participer à la création d'une nouvelle école inspirée des principes de la méthode Montessori où chaque enfant puisse trouver sa place dans la dignité et le respect de sa personnalité, c'est avec prudence et humilité mais enthousiasme, que j'ai accepté d'embarquer pour cette nouvelle aventure… La résonance fut immédiate. Nous étions quatre de professions différentes, une professeure de musique de formation et d'expérience solide à la méthode Montessori, une professeure des écoles, une art thérapeute et une sophrologue animées par le même désir de mettre en commun leurs connaissances au service d'une vision humaniste partagée, faire vivre des propositions pédagogiques respectueuses des ressources et des rythmes de chacun…. Le défi ne pouvait être qu'exaltant !

Malgré les avancées considérables en sciences de l'éducation et les connaissances scientifiques sur le développement neuro-psycho-affectif de l'enfant, qui ont permis au cours du siècle dernier d'améliorer considérablement les conditions de développement et d'éducation des enfants, on ne peut que s'interroger sur une réalité scolaire qui, aujourd'hui, demeure pour trop d'entre eux, ainsi que leurs parents, un chemin anxiogène et souffrant, faisant parfois paradoxalement obstacle au développement des facultés cognitives et au développement serein de la personnalité. Sans prétendre aucunement devenir une école spécialisée pour enfants en difficultés, nous nous sommes mises en route pour créer un espace éducatif pluridisciplinaire et mettre en œuvre d'autres propositions éducatives qui allieraient les compétences de chacune et où le « savoir être » serait autant à l'honneur que le « savoir-faire ».

Le cadre

“La main est l’instrument de l’intelligence. L’enfant a besoin de manipuler les objets pour expérimenter en les touchant et en les maniant.”— Maria Montessori, London Lectures, 1946.

En école Montessori, les enfants disposent d'un matériel pédagogique évolutif très attractif, coloré, fait de matériaux nobles, qui permet à l'élève tout au long de sa scolarité de découvrir très concrètement des notions plus abstraites dont il aura déjà acquis le sens. Le rapport aux diverses manipulations de chaque élément unique de ce matériel de classe, initie une réelle démarche de l'enfant qui apprend très tôt à s'impliquer dans son travail.


L'utilisation de ce matériel, qui est conçu pour être auto-correcteur, inscrit l'enfant dans une certaine autonomie en terme de posture de travail et le rend acteur de sa progression, chacun accédant aux savoirs fondamentaux à son propre rythme et l'enseignant s'assurant que chaque étape soit suffisamment solide pour consolider la suivante. L'accès à ce matériel ne se fait qu'après avoir été présenté à l'enfant et son utilisation est sous sa responsabilité, apprenant ainsi à respecter le cadre collectif de fonctionnement de la classe.

L'enfant bâtisseur agissant

Depuis près de six ans, la sophrologie accompagne la démarche pédagogique et philosophique basée sur les principes énoncés par Maria Montessori. Partie intégrante des disciplines enseignées à l'école, nous avons mis en place, dès le début, des ateliers collectifs hebdomadaires de découverte et d’entraînements. Séances classiques, sans détours particuliers : écoute sensible du corps, conscience de la solidité, l'ancrage, le poids, le volume, la mobilité stable, expérience de la détente neuro-musculaire, conscientisation de la respiration, pratique de relaxations dynamiques, exploration de chacun de nos sens, visualisations positives… Je n'ai introduit que peu de jeu et, à ma grande surprise, les enfants se sont facilement saisis des différentes propositions et de ce moment d'écoute intérieure, appréciant cet agréable temps de présence à soi. Chacun témoignait à sa manière du plaisir d'aller là, à la rencontre de soi, du calme que cela générait en eux, un peu étonnés parfois des ressentis auxquels ils n'avaient, jusque là, pas prêté attention.

Mon cabinet, inclus au sein de l'école, me permettait des allers-retours en classe, aidant les enfants à s'approprier individuellement les pratiques exercées en groupe, suggérant de corriger favorablement une posture, détendre un bras, une épaule, reprendre son souffle, faire une pause afin qu'en situation scolaire chacun demeure présent à son corps, tonique mais sans crispations douloureuses et disponible intellectuellement aux divers apprentissages. Combien de fois ai-je vu un enfant énervé, furieux de ne pas comprendre ou réaliser un travail, prisonnier de la peur de ne pas réussir, répondre à mon invitation de fermer ses yeux quelque secondes, de lâcher ses épaules, lâcher ses poignets, respirer, mobiliser l'intelligence du corps et réaliser en quelque minutes ce sur quoi il butait depuis un long moment. Dans une posture juste, chacun est le meilleur allié de soi même. Cela demande de l’entraînement de guider l'enfant vers une meilleure connaissance de soi pour gagner en autonomie et ne pas ignorer, ni les messages du corps, ni les ajustements nécessaires à un meilleur équilibre. Comment j'écoute avec mon corps ? Comment je comprends avec mon corps ? Comment j'agis de manière juste et précise ma pensée avec mon corps ? Face à l'agitation de ce monde bruyant, apprendre à se poser dans un temps qui m'appartient.

Maria Montessori défendait l'idée que l'enfant possède en lui toutes les ressources, « les tendances réceptives », pour grandir harmonieusement. La sophrologie, par sa pratique régulière, favorise cette émergence et consolide des capacités existantes trop souvent refoulées car considérées comme inappropriées.

Education à la paix

Progressivement, au fur et à mesure de nos entraînements, l'expérience répétée d'un mieux être facilite l'expression de la parole, l'écoute, l'ouverture à l'autre, un lien sans doute plus attentif. La conscience progressive de ce que la sensation dit de l'émotion, l'apprentissage de l'expression de cette émotion, permettent très pratiquement de mettre chacun d'eux en situation d'agir pour établir des modes de communication moins agressifs, plus respectueux de soi et de l'autre, et c'est très naturellement que nous avons rebaptisé nos ateliers « sophro/philo ».

Maria Montessori enseignait que la paix est une construction qui s'appuie sur l'éducation aux valeurs humanistes, en toute chose, dès le plus jeune âge. Ce qui se joue dans nos relations au sein de la communauté éducative est un terrain quotidien d'apprentissage de la paix. Chaque situation quelque peu conflictuelle ou mal vécue est l'occasion de réfléchir ensemble sur un meilleur positionnement qui faciliterait de meilleures relations. L'écoute de l'autre, l'accueil des émotions ressenties, l'expression de « messages clairs » si chers à nos amis canadiens, sont autant de propositions qui invitent à la modération. C'est un processus de responsabilisation au sein de la communauté éducative : je prends ma place en tenant compte de mes possibles, des autres, du lieu, dans un principe de réalité et la conscience du sens de mes actions.

Thèmes de société ou situations scolaires un peu complexes, les ateliers sont l'occasion de s'interroger ensemble et de réfléchir sur les valeurs qui nous animent et donnent du sens à notre comportement. Apprendre à communiquer, écouter l'autre, raisonner, accepter parfois de changer de point de vue, temps de réflexion commun afin de fonder une « culture d'école » incarnée qui soit le bien de tous et qui fasse référence lorsque des difficultés surgissent. La pratique des exercices de sophrologie, à chaque fois en lien avec ce qui a été exprimé, vient renforcer à chaque séance l'intégration vivante des valeurs énoncées et favoriser un meilleur « vivre ensemble » .

La sophrologie offre des outils pour une éducation à la paix si chère à Maria Montessori. Comme il est dit de la Sophrologie, la Paix se vit plus qu'elle ne s'explique. Apprendre tout d'abord à être en paix à l'intérieur de soi, développer, renforcer un espace de sécurité intérieure où se fondent la confiance, le plaisir d'être et la capacité de se mettre en lien. Faire l'expérience de relations pacifiées dans une posture d'accueil, tenter de comprendre l'autre et trouver ensemble la meilleure solution, prendre conscience de l'environnement dans lequel j'évolue, ce qu'il permet, de ce qu'il limite, c'est grandir dans un principe de réalité en toute conscience. La paix est avant tout une co-construction constante, une posture de résolution de conflit dans le respect des intérêts de chacun. Non pas des ajustements douloureux mais de réels positionnements conscients et lucides de ce qu'équilibre veut dire.

Savoir être

Le Savoir être s'inscrit dans la connaissance de soi, par laquelle nous apprenons autant de nous-même que des autres, cette dialectique qui nous met en mouvement, et qui fonde nos savoirs, développe le regard curieux de l'enfant et l'aide à sortir de sa passivité. La confiance en ses capacités lui permet de lâcher les préjugés et de s'autoriser à risquer l'inconnu pour aller vers le chemin de la connaissance… Chemin pour certains parfois hasardeux tant les représentations mentales erronées de la réussite s'inscrivent très jeune dans la dynamique d'apprentissage, comme autant d'obstacles parfois difficiles à contourner. Être avec soi c'est se rendre disponible, savourer le plaisir de découvrir, le plaisir de comprendre, le plaisir d'intégrer des connaissances et faire l'expérience de nouveaux possibles. La pratique de la sophrologie permet de lever les freins, d'atténuer les contours effrayants des obstacles, de lâcher ses peurs.

Pas de jugement Montessori

Notre savoir-faire s'inscrit dans le choix de ne pas substituer nos connaissances, nos certitudes à la réalité propre de chacun, quelles que soient les particularités qu'il présente. Nous nous appuyons constamment sur les expériences de vie de chaque enfant, en l'aidant à donner un sens à ce qu'il a ressenti et s'en servir pour mieux comprendre ses interactions avec le monde environnant. Nous observons comment il évolue dans la classe, les rythmes d'apprentissage qui sont les siens, et différents d'une matière à une autre. Nous l'aidons à se connaître, à se respecter, à ne pas mal se juger au regard de ce qu'il observe de lui-même chez les autres, à être bienveillant et indulgent envers lui-même. Nous valorisons ses efforts en manifestant notre réel plaisir de le voir progresser et devenir de plus en plus autonome. Il ne s'agit pas de sous-estimer l'effort, mais de passer d'un effort souffrant à un effort vitalisant.

Ma pratique de la sophrologie en milieu scolaire Montessori est un apprentissage de chaque jour. Chaque enfant nous fait grandir en connaissance dans le même esprit de Maria Montessori : « It is not true that I invented what is called the Montessori Method. I have studied the child. I have taken what the child has given me and expressed it, and that is what is called the Montessori Method » Maria Montessori.