medecine douce ingredients plantes table

Choisir sa médecine douce, nos conseils

Il existe plus de 400 pratiques répertoriées dans le monde par l’OMS. Certaines sont millénaires, tandis que d’autres sont plus récentes. Il y a aussi les pratiques manuelles, ou encore celles qui agissent sur le mental. Découvrez tous nos conseils pour choisir celle qui vous conviendra le mieux.

Conseil #1 : ayez l’esprit ouvert

Un principe universel de toutes les médecines douces est le lien intime entre le corps et l'esprit. Cette relation implique que notre état mental peut influencer notre bien-être physique, et inversement. Par conséquent, pour aborder les problèmes de santé de manière holistique, il est essentiel d'avoir une approche ouverte qui prend en compte à la fois le corps et l'esprit.

Par exemple, si vous souffrez d'un mal de dos lié au stress, une thérapie qui agit sur le mental, comme l'hypnothérapie ou la sophrologie, peut vous être bénéfique. L'hypnothérapie utilise des techniques de relaxation, de concentration intense et de suggestion pour aider à améliorer le bien-être mental et physique.
La sophrologie, quant à elle, combine des techniques de relaxation et de méditation pour aider à réduire le stress et à améliorer la qualité de vie.
Ces pratiques peuvent vous aider à gérer le stress, à améliorer votre conscience de vous-même et votre relation avec votre corps, et à soulager les douleurs physiques qui en découlent.

D'autres pratiques comme le yoga et la méditation peuvent également aider à réduire le stress, à améliorer la concentration, et à favoriser un sentiment général de bien-être.

En gardant l'esprit ouvert, vous vous donnez la possibilité d'explorer une gamme plus large de thérapies et de trouver celle qui correspond le mieux à vos besoins. 
Il est essentiel de se rappeler que chaque individu est différent, et ce qui fonctionne pour une personne peut ne pas fonctionner pour une autre. Ainsi, adopter une attitude d'ouverture et de curiosité peut être un atout précieux dans votre quête du bien-être.

Conseil #2 : suivez votre envie

Votre engagement personnel joue un rôle crucial dans les résultats que vous obtiendrez d'une pratique de médecine douce. Il est donc important de suivre votre envie !

Par exemple, si vous vous sentez attiré par l'art et que vous cherchez un moyen de gérer et d’exprimer vos émotions de manière non verbale, l'art-thérapie pourrait être un excellent choix. Cette forme de thérapie utilise le processus créatif de l'art pour améliorer et améliorer le bien-être physique, mental et émotionnel.

Si vous êtes intéressé par une approche plus naturelle et holistique de la santé, vous pourriez vous tourner vers la naturopathie. La consultation avec une ou un naturopathe débutent généralement par un entretien au cours duquel vous décrivez votre situation personnelle, les circonstances qui vous amènent à consulter et vos attentes quant à l’accompagnement. A partir de vos réponses et de ses observations, elle ou il réalise un bilan de vitalité. Et c’est à partir de ce bilan que la ou le naturopathe fera une série de recommandations en lien avec votre alimentation, votre activité physique et la gestion de vos émotions. 

Peut-être que la philosophie orientale vous intrigue ? Auquel cas l'acupuncture, une pratique millénaire de la médecine chinoise traditionnelle qui utilise des aiguilles fines pour stimuler des points spécifiques sur le corps, pourrait être une option intéressante. Elle est en revanche à proscrire si vous êtes phobique des aiguilles.

En fin de compte, l'important est de choisir une pratique qui résonne avec vous et qui vous donne envie de vous engager pleinement dans le processus. 

Conseil #3 : sondez votre entourage

Les expériences de ceux qui nous entourent peuvent être une mine d'informations précieuses. Si vous connaissez des personnes qui ont rencontré des difficultés similaires aux vôtres et qui ont trouvé du soulagement grâce à des médecines douces, leurs témoignages peuvent vous aider à orienter votre choix.

Par exemple, un ami qui a réussi à surmonter l'insomnie grâce à la pratique de la méditation ou du yoga peut vous inspirer à essayer ces disciplines.
Une proche qui a trouvé du réconfort et de la détente grâce à l'aromathérapie peut vous inciter à découvrir les bienfaits des huiles essentielles.
Une connaissance qui a vu une amélioration dans leur gestion du stress grâce à la sophrologie pourrait vous encourager à tester cette pratique.

Partager votre recherche avec votre entourage peut également vous permettre de découvrir des praticiens qualifiés et dignes de confiance dans votre région. Les recommandations personnelles sont souvent les plus fiables, car elles proviennent de personnes qui ont fait l'expérience directe de travailler avec la ou le praticien en question.

En sondant votre entourage, vous pouvez recueillir des informations précieuses qui peuvent vous éclairer sur les différentes options disponibles et vous aider à faire un choix plus éclairé.

Conseil #4 : demandez conseil à votre médecin

Les professionnels de la santé conventionnels, tels que votre médecin généraliste, sont de plus en plus ouverts à l'intégration de médecines douces dans les plans de soins de leurs patients. Votre médecin connaît vos antécédents médicaux, comprend vos besoins de santé actuels et peut souvent fournir des conseils précieux sur les types de médecines douces qui pourraient vous convenir.

Par exemple, si vous souffrez de problèmes de dos, votre médecin peut connaître une ou un bon ostéopathe à vous recommander. L'ostéopathie est une approche manuelle de la santé qui se concentre sur la façon dont le corps est interconnecté et dépend de la santé de chaque partie pour fonctionner correctement. 
Il faut par ailleurs savoir qu’il existe de plus en plus de services hospitaliers qui intègrent directement dans leurs parcours de soin certaines médecines douces : l’acupuncture est par exemple utilisée dans certaines consultations d’addictologie, ou encore l’hypnose pour la gestion de la douleur.

N’hésitez donc pas à partager avec votre médecin votre désir d'explorer les médecines douces en complément de vos traitements médicaux. Un dialogue ouvert avec votre médecin peut vous aider à éviter toute interaction potentiellement dangereuse entre les traitements conventionnels et les médecines douces, et à assurer que votre parcours de santé est aussi sûr et efficace que possible.

Conseil #5 : contactez directement des praticiens de médecines douces

Si vous hésitez sur le choix d'une pratique, n'hésitez pas à prendre directement contact avec des praticiens. Ces professionnels possèdent une connaissance approfondie de leur discipline et sont généralement très disposés à partager des informations, à répondre à vos questions et à éclaircir vos doutes. 
Ils peuvent vous renseigner sur ce que leur pratique peut apporter dans votre situation spécifique, vous aider à comprendre comment elle fonctionne, et vous donner une idée des résultats que vous pouvez attendre.

Lorsque vous contactez une ou un praticien, vous pouvez également vous renseigner sur leur formation et leur expérience. Cela peut vous donner une idée de leur niveau de compétence et de leur capacité à vous aider. C’est également l'occasion de voir si vous vous sentez à l'aise avec la ou le praticien, ce qui peut être un facteur important dans votre décision.

En fin de compte, le contact direct avec des praticiens de médecines douces peut vous fournir des informations précieuses qui vous aideront à prendre la bonne décision pour vous. 

Conseil #6 : testez !

Il faut savoir que de nombreux praticiens proposent des ateliers collectifs, souvent à des tarifs abordables, pour permettre aux gens de se familiariser avec leur pratique. Certains de ces ateliers sont même gratuits ! Une simple recherche sur internet peut vous aider à trouver des événements proches de chez vous.

Il y a peut-être près de chez vous un salon du bien-être organisé prochainement ? Ces salons regroupent généralement une multitude de professionnels du bien-être, offrant une variété de pratiques, de produits et de services. C'est l'occasion idéale de rencontrer en face à face différents praticiens, de poser des questions, d'obtenir des informations et, si le cadre s'y prête, de tester leurs pratiques.

Tester une pratique de médecine douce vous donne une idée de ce à quoi vous pouvez vous attendre. Cela peut aussi vous aider à déterminer si cette pratique est celle qui vous convient le mieux. Alors n'hésitez pas, renseignez-vous et testez !  

Conseil #7 : fiez-vous à votre intuition

Vous avez fait votre choix et trouvé un praticien près de chez vous, mais vous n'êtes pas tout à fait sûr ? Si votre intuition vous dit que cette pratique n'est peut-être pas la bonne pour vous, n'hésitez pas à explorer d'autres options. Il est important de vous sentir à l'aise et en phase avec la pratique que vous choisissez. 

Nous vous invitons donc à prendre le temps de réfléchir à vos ressentis, de vous interroger sur ce qui pourrait vous convenir et de chercher d'autres options si nécessaire.

Votre intuition peut vous guider vers la pratique de médecine douce qui vous convient le mieux et qui contribuera le plus efficacement à votre bien-être global.

Choisir la bonne médecine douce pour soi relève d'un processus personnel et individuel. 

En fin de compte, la pratique qui vous convient le mieux sera celle qui résonne le plus avec vous, qui vous donne envie de vous engager pleinement dans le processus, et qui vous apporte un sentiment de bien-être et de sérénité.

Êtes-vous prêt·e à découvrir les bienfaits des médecines douces sur votre bien-être ? 

Sur Liberlo, prenez rendez-vous avec une ou un praticien près de chez vous en quelques clics.

Pour votre sérénité, nos équipes valident les diplômes et les certifications de chaque thérapeute présent·e sur notre site. Vous pouvez ainsi avancer en toute confiance.